Vous avez dit échec ?

Quel est votre plus bel échec ?
Passer d’une culture de l’échec à une culture de l’erreur, cela change tout. Apprendre à arborer fièrement ses échecs comme les tatouages colorés de sa vie, se libérer de la culpabilité pour la remplacer par l’audace. Car c’est bien en se trompant que l’on existe, dans son essence d’hommes libres, libres d’apprendre et de progresser. Dans les arts martiaux, on apprend avant tout à tomber: tomber sans tension, accueillir la chute dont on se relèvera plus fort d’un nouvel apprentissage, pour mieux appréhender la prochaine prise, le prochain adversaire.

L’échec ne doit pas être ressenti comme une impasse car il offre au contraire un carrefour de choix : il libère de l’espace pour autre chose, un renouveau, tel qu’exprimé dans les paroles de Léonard COHEN : There is a crack in everything, that’s how the light gets in » – Il y a des fissures dans toute chose, c’est ainsi qu’entre la lumière.

Au-delà de l’expérience de l’échec, c’est l’audace, la passion que nous y avons mis pour le vivre, qui permet d’en retirer tous les bénéfices : manquer un contrat, un examen est bien différent si on y a mis son cœur, son engagement, que si aucune préparation n’a été faîte. « Bien tenté ! Il fallait l’oser! », des interjections de l’entourage qui traduisent aussi « J’aurais aimé oser le faire moi aussi ».

A l’heure où la jeunesse est fragilisée, fragmentée, dans un climat de pandémie anxiogène, réorientons nos regards sur leurs audaces, leur capacité de rebond, accompagnons-les à entretenir cette réactivité vitale et décisive pour reconstruire des repères dans un monde en mutation.
Car faire l’expérience de l’échec, c’est bien faire l’expérience de la vie en elle-même. A l’instar de Michaël JORDAN, joueur le plus titré en NBA :  « J’ai raté 9000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu presque 300 matchs. 26 fois on m’a fait confiance pour prendre le tir de la victoire et je l’ai manqué. J’ai échoué encore et encore dans ma vie. Et c’est pourquoi j’ai réussi ».  

Et si face à un échec, on se demandait plutôt ce qui commence d’intéressant ?
Oser toujours, composer parfois, renoncer jamais.

Les coachs et consultants Cap Odyssée vous accompagnent dans ces périodes de transition, avec les Programmes Passer le Cap, Changement de Cap et en séances de Coaching. Contactez-les, le premier entretien est offert et sans engagement.
contact@cap-odyssee.fr

Vous avez dit echec
sed Donec id diam at elit. leo. elementum libero eleifend